Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le chat (C. Baudelaire)

     poisson chat.jpg


    Dans ma cervelle se promène
    Ainsi qu'en son appartement,
    Un beau chat, fort, doux et charmant.
    Quand il miaule, on l'entend à peine,

    Tant son timbre est tendre et discret ;
    Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
    Elle est toujours riche et profonde.
    C'est là son charme et son secret.

    Cette voix, qui perle et qui filtre
    Dans mon fonds le plus ténébreux,
    Me remplit comme un vers nombreux
    Et me réjouit comme un philtre.

    Elle endort les plus cruels maux
    Et contient toutes les extases ;
    Pour dire les plus longues phrases,
    Elle n'a pas besoin de mots.

    Non, il n'est pas d'archet qui morde
    Sur mon cœur, parfait instrument,
    Et fasse plus royalement
    Chanter sa plus vibrante corde,

    Que ta voix, chat mystérieux,
    Chat séraphique, chat étrange,
    En qui tout est, comme en un ange,
    Aussi subtil qu'harmonieux !


    Rose 3 10%.png 

     

  • le chant du choeur

     Poisson baleine.jpg

    Et de la vie

    Je suis le fruit

    Et de l'ennui

    Je suis l'envie

     

    Le cœur en vie

    L'ennui du fruit

    Et l'envie d'être

    Non de paraître

     

    Je suis le cœur

    L'arbre de vie

    Le chant du chœur

    Sa mélodie

     

    Mais dans ce conte

    La princesse rit

    De ses envies

    Sans avoir honte

     

    Et dans ce conte

    Le prince chéri

    Du pont-levis

    Son cœur raconte

     

    Rose 3 10%.png 

     

     

  • respectif

     poissons deux.jpg

    Ce matin,

    J'ai bien retrouvé ma fierté

    Je crois que je l'avais cachée

    Combien de temps, combien d'années

    Avais-je décidé ce lâcher ?

     

    Ce matin,

    Mon cœur est bardé de fierté

    Avec ces mots ainsi chantés

    Vous pourriez croire qu'il est foncé

    Il n'en est rien, il est bleuté

     

    Ce matin,

    Mon cœur très fier est enchanté

    Car désormais il sait aimer

    Il sait aussi que pour aimer

    Il faut savoir se respecter

     

    Ce matin,

    Mon cœur très fier, ré enchanté

    De lui, du temps et de l'Aimé

    M'a confié son plus beau secret

    Le bleu est couleur de respect

     

    Et ce matin,

    Mon cœur, mon âme et mon esprit

    Bien qu'ils soient totalement épris

    Sont ajustés dans leurs pensées

    Le temps ne peut être exprimé

     

    Comme une valeur à dépenser

    Un cœur à économiser

    Le temps est fait de gentillesses

    Et dans l'espoir, il n'a de cesse

     

    Rose 3 10%.png 

     

  • vous vous trompez

    Vous vous trompez.jpg

      

    Et la pluie fine
    Dehors s'incline
    Le ciel est bas
    Et mon cœur las

    Le vent s'agite
    Le bleu hésite
    Les roses se fanent
    Perdent un peu d'âme

    Et toi mon arbre
    Tu prends le sabre
    Et tu te cabres
    Presque de marbre

    Le ciel est gris
    Il faut survivre ?
    Chercher l'abri
    Pour un peu vivre ?

    La litanie
    De la survie
    Philosophie
    D'un bel ennui ?

    Mais dans ma tête
    Le ciel est bleu
    Mon cœur est rouge
    Plein de sourires

    Mais dans ma fête
    La vie est bleue
    Les rêves en rose
    Plein de désirs

    Vous vous trompez
    Le bonheur est
    Bien inutile
    Aux immobiles
    Bien esseulés

    La joie, l'envie
    Désirs de vie
    Ne donnent ses fruits
    Qu'aux cœurs séduits

    Vous vous trompez
    Vous tressautez
    Vous avez peur
    D'un grand bonheur

    Vous vous trompez
    Vous radotez
    Et vous croyez
    A tous vos leurres

    Vous vous trompez
    Rien à envier
    Ce beau chemin
    Ne donne pas faim

    Vous vous trompez
    Vous confondez
    Les arrivées
    Le cheminé

    Vous vous trompez
    Rien à gagner
    Ce grand chemin
    Est long, sans fin

    Vous cheminez
    Et cheminez
    Pour cheminer
    Sans arriver

    Vous cheminez
    Et cheminez
    Pour éviter
    Toute arrivée

    Et moi j'appelle
    Une gamelle
    Quand avec zèle
    On prend une pelle
    Pour que n'appelle
    Le temps réel
    La mise en selle

    Vous vous trompez
    Et répétez
    Le rêve passé
    Sans avancer