Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Contrecoeur

     

    Mais de mon esprit

    Tu en es le fruit

    Et parles la nuit

    Quand je dors, enfouie

     

    Mais de mon esprit

    Tu en es le bruit

    Et chantes l'infini

    Quand le jour s'enfuit

     

    Dans ma tête résonne

    L'air que tu fredonnes

    Et moi je frissonne

    Seule au téléphone

     

    Dans ma tête résonne

    L'air que tu fredonnes

    Oui je papillonne

    et deviens aphone

     

    Dans mon coeur palpitent

    Tes mots, tes invites

    Et toi tu hésites

    A prendre la fuite

     

    Mais de mon esprit

    Parfois de mon coeur

    Tu es l'incompris

    Et le contrecoeur

     

    Mais de mon esprit

    Souvent de mon coeur

    Tu es l'incompris

    Qui bouscule ma vie

     

    Rose 3 10%.png

     

  • sans artifice

    Sens-tu ce souffle chaud ? Vois-tu ces couleurs étranges ? Tes paupières se plissent et tentent d'arrêter le sable du désert, le jaune est partout, sur terre et dans le ciel, et nous vivons dans le soleil.

    Des yeux sauvages t'observent, ta blondeur fascine le Berbère. Plus loin, depuis la tente plantée sous le palmier, le sombre regard d'une musulmane suit chacun de tes gestes. Ainsi s'entremêlent ces sentiments primitifs que notre culture a fini d'égarer.

    Fascination, désir, jalousie sont à l'état brut, comme ce caillou nommé diamant, pas encore travaillé, pas encore décoré, mais tout est là, sans artifice. Les yeux te suivent, te percent, fouillent chaque détail.

    A l'est, lentement, le bleu s'assombrit, toutes les couleurs changent, s'adoucissent et s'endorment. Tu t'arrêtes un instant, entrouvrant tes lèvres pour tenter de saisir un début de fraîcheur, tu disparais dans l'ombre, la suite t'appartient.

    Jmdx

  • tu, tu, tu ;)

     

    Tu parles de tolérance

    Pour avoir bonne conscience

    Tandis qu'au quotidien

    Tu ne vois rien de bien

     

    Et moi je te regarde

    Acter le mode sauvegarde

    Et l'amour de la règle

    Pour replier tes ailes

     

    Et moi quand je t'écoute

    Je n'entends que le doute

    La joie de l'angle droit

    Pour me mettre en déroute

     

    Tu parles d'intolérance

    Comme on parle d'une offense

    Pourtant tu prends ombrage

    Quand on touche à ta cage

     

    Tu rêves te t'évader

    De ce monde bien réglé

    Mais quand tes ailes prennent l'air

    Tu cherches des repères

     

    Un phare ou une balise

    Tu regardes la mise

    Tu as des sueurs froides

    et les deux mains bien moites

     

    Alors tu veux rentrer

    L'air est bien trop chargé

    En électricité

    En émotivité

     

    Tu regrettes ta prison

    Et ce monde bien réglé

    Qui te donne raison

    C'est toi le diapason

     

    Alors je m'interroge

    Car si mon monde déroge

    Parfois à quelques règles

    Et à quelques murs droits

     

    Je ne prends pas la toge

    Je ne sors pas la jauge

    Car si mes règles sont rondes

    Elles en sont plus fécondes

     

    Elles ne donnent que le ton

    Sans jouer du bâton

    Il faut avoir un don

    Pour être le diapason

     

    Je peux imaginer

    Inventer espérer

    Toutes ces notes bien rondes

    Au milieu de ton monde

     

    Toutes ces notes bien rondes

    Qui tiennent la portée

    Elles donnent l'harmonie

    Et de belles envolées

     

    Loin le chant de l'oiseau

    Qui du fond de sa cage

    Annonce les adages

    Sur des airs de tango

     

    Rose 3 10%.png

     

  • Superfluité

     

    Ce que je veux te dire

    Sans pour autant l'écrire

    Ce que j'aimerais entendre

    Sans pour autant l'apprendre

     

    Ces mots pour ne rien dire

    Et ces phrases pour construire

    Ces mots pour inventer

    Les nuances de l'été

     

    Et tout ce velouté

    Ces notions calfeutrées

    Derrière les mots qui sonnent

    Pour approcher l'automne

     

    Mais le sens est ailleurs

    Et du milieu du coeur

    A l'abri des regards

    Il dit comme il est rare

     

    Mais l'essence est majeure

    Et du bleu de mon coeur

    Avec subtilité

    Elle parle d'intimité

     

    Et sans superfluité

      

    Rose 3 10%.png

     

  • Bleu je t'aime

     

    Bleu, Bleu, Bleu

    Impossible d'en sortir

    Et comme une évidence

    Seul le cri de l'enfance

     

    Bleu étrange

    Bleu de l'ange

    Le jour de ma naissance

    Seul le bruit de l'absence

     

    Bleu des yeux

    Devant tant de candeur

    Et cette jolie blondeur

    Seul le son de mon coeur

     

    Bleu du ciel

    Bleu du miel

    Bleu layette

    Bleu fillette

    Et pour moi l'obsession

    Jusqu'à la fixation

     

    Bleu pour rire et mourir

    Du bleu pour mon délire

    Et alléger ma peine

    Et pour rester sereine

     

    Bleu du coeur pour la reine

    Qui veut rester bohème

    Et écrit des poèmes

    En regardant la Seine

     

    Bleu je t'aime

    Pour la vie

    Pour mon coeur

    Et pour l'heure

     

    Rose 3 10%.png

     

  • Dans mon regard

     

    Dans mon regard, si tu le vois

    Tu pourrais lire tous mes émois

    Je pourrais, si je le voulais

    Cacher le rêve qui me berçait

     

    Dans mon regard, si tu le veux

    Tu pourrais lire tous mes aveux

    Je pourrais, si je le voulais

    Cacher la route que je suivais

     

    Dans mon regard, si tu le sais

    Tu pourrais lire tellement de bleu

    Que je pourrais, si je voulais

    Noyer mon coeur et mes pensées

     

    Et pendant que tu comptes en jour

    Quand pour moi je compte les heures

    L'horloge a fait la mise à jour

    Et la synchro avec mon coeur

     

    Et pendant que tu penses à moi

    Quand ici moi, je parle de toi

    Les heures, les jours comptent les aiguilles

    De toutes les horloges de la ville

     

    Rose 3 10%.png

     

  • La gomme (V.O.)

     

    Mon Chéri d'Amour

    Je te le dis pour

    Ton coeur est trop abimé

    Pour pouvoir aimer

     

    Tu disais l'avoir réparé

    Mais ce n'était pas vrai

    Ton coeur est dévasté

    Ne peut vraiment aimer

     

    Seulement ceux du passé

    Et ceux d'avant, les enfants

    Pas de place, pas d'espace

    Pour une nouvelle aimée

     

    Ton coeur ne peut aimer

    Il ne compte que les fautes

    Les faux pas, les fausses notes

    Et ne peux s'envoler

     

    Ne peut imaginer

    Crier, créer, inventer

    Il ne fait qu'imiter

    L'amour en invité

     

    Trop de peur dans ton coeur

    Pour donner de la douceur

    Trop de peine dans tes veines

    Pour dire un seul Je t'aime

     

    Alors Chéri d'Amour

    Je t'en prie, mets du baume

    Sur ton coeur, ta douleur

    Je t'en prie, prends la gomme

     

    Pardonne-lui son offense

    Sa trahison, ses raisons

    Et amène ton coeur

    A chercher le bonheur

    Et non l'apaisement

    En guise de sentiment

     

    Alors Chéri d'Amour

    Je t'en prie, met du baume

    Sur ton coeur, sur la gomme

    Et entends mon amour

    Peu à peu, chaque jour

     

    S'il te plait, dis à ton coeur que je l'aime

    S'il te plait, dis à ton coeur que je l'm