Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Siryânî

     

    Oui je m'adresse à toi, mon ange

    Tu es messager, l'envoyé

    Esprit céleste empreint de lumière

    Pure création de la matière

     

    Et peu m'importe le nombre d'ailes

    Tu seras toujours éternel

    Ton vol est noble, aussi parfait

    Et sans un mot pour me parler

     

    Tu es mon ange, mon ange gardien

    Au fond de toi, le texte divin

    Mais tu n'es qu'un intermédiaire

    Et moi je n'ai que ma colère

     

    Tu viens me dire, me prévenir

    Tu veilles sur moi, pour me chérir

    Mais parfois tu m'es invisible

    Alors je reste inaccessible

     

    Mon ange, dis-moi, donne-moi la foi

    Chaque brin d'herbe est une étoile

    Et toutes ces constellations

    En guise de lots de consolation

     

    Ange du Ciel, Ange des Enfants

    Prête-moi une jolie paire d'ailes

    A la croisée de l'air, du feu

    Laissons la terre aux hommes en bleu

     

    Dis-moi sans mot, comme les oiseaux

    Sans prononcer, rien qu'en pensées

    Parle-moi de l'arbre et de la vie

    Conte-moi Dieu, en Siryânîte

     

    Et chante-moi sans mot, mezzo

    Sans énoncer, rien qu'en idées

    Chuchote-moi l'arbre de vie

    Un beau langage pour une invite

     

    Rose 3 10%.png

     

  • Interdépendance

     

    Ne laisse pas ton coeur pleurer

    Car il ne sait pas se noyer

     

    Ne laisse pas ton coeur aimer

    Sinon il pourrait nous manquer

     

    Ne laisse pas ton coeur vibrer

    Car il pourrait bien se briser

     

    Ne laisse pas ton coeur aimer

    Il est trop lourd pour se cacher

     

    Ne laisse pas ton coeur à nu

    Il est trop frêle et trop menu

     

    Range ton coeur

    Et ta raison

    Mélange ta colère

    Aux saisons

     

    Ne laisse pas ton coeur s'éprendre

    Car aimer c'est aussi dépendre

     

    Et pour aimer

    Même sans comprendre

    Il faut céder

    Aux moments tendres

     

    Laisse ton coeur en espérance

    En adhérence, en différence

    Et mets l'amour en surbrillance

      

    Jasmin.jpg

       

  • Drus Barbus

    Petit Papa Noël,

    Pardon, je t'interpelle,

    As-tu pensé au sel ?

    La vie est revenue

     

    Beau sapin de Noël,

    tes lumières étincellent,

    prennent la couleur du miel,

    tu es le bienvenu

     

    Sacrée neige de Noël,

    cette année, pas de gel,

    il fait prévoir la pelle,

    tu ne seras pas fondue,

     

    Gentil Barbanoël,

    les cultures s'entremêlent,

    autour de l'essentiel,

    les livres l'ont toujours su...

     

    Les fêtes peuvent être belles,

    et même universelles,

    pour les Anges du ciel,

    et tous les Barbudrus ;)


    Rose 3 10%.png

     

  • Bonsaï-ka

    Et tu es miniature,

    en mini, la nature,

    et tu es Créature,

    en mimi, la plus pure.

     

    Et tu es perfection,

    la tendresse, l'affection,

    et tu es la passion,

    en amour, la raison.

     

    Et au coeur des racines,

    prends le jeu, imagine,

    Et dans ma main la mine,

    pour t'envoyer ces rimes.

     

    En un mot, le bonsaï,

    et souvent où que j'aille,

    il me faut mettre une maille,

    pour conserver ma taille !

     

    En un pot, le bonzaï,

    loin de lui toutes ces failles,

    et tous ces paysages,

    pour chasser les nuages.

     

    Un rocher, une grandeur,

    l'appel de la candeur,

    pour ciseler sans fin,

    un bonsaï à deux mains ...

     

    en mini et sans noeud,

    en racines et sans feu,

    en mini, en si peu,

    ... et un jardin de roses.

     

    Rose 3 10%.png

      

  • Je veux bien

    Je veux bien reparler d'amour

    Les mots doux peuvent être du velours

    Je n'aurais jamais cru qu'un jour

    Mon coeur puisse devenir glamour

     

    Je veux bien reparler d'amour

    Trop de douceur, trop de chaleur

    Et pour mon coeur, que du bonheur

    Juste des youyous et de belles fleurs

     

    Je veux bien redire des mamours


    Rose 3 10%.png

  • Filigrane


    Je ne veux plus parler d'amour,

    les mots sont devenus trop lourds,

    je ne crois plus qu'au fil des jours,

    elle puisse exister, cette belle cour.

     

    Et je veux seulement disparaître,

    comme le filigrane de la lettre,

    je veux simplement apparaître,

    comme essentielle, une raison d'être.

     

    Je ne peux plus entendre ces mots,

    tous ceux qui parlent entre les lignes,

    ils font semblant de dire du beau,

    et ne font que tourner le dos,

    pour être pâles, ne pas faire signe.

     

    Désolée, soir, suis fatiguée,

    fatiguée du 2ème degré,

    Tant pis pour moi, tant pis pour toi ;)

    Tant pis pour nous, range le loup !

     

    Et pense au doux, au doux, au doux,

    rien que le doux, le doux, le doux,

    Implore le ciel et puis le miel,

    et puis Babel, c'est essentiel,

     

    Essentiel, essenciel, essensiel...


    Rose 3 10%.png

     

  • Mon coeur à moi

    Au coeur de la brume,

    je dois prendre la plume,

    absence d'écriture,

    et c'est la fêlure.

     

    Surplus d'émotion ?

    non juste l'émotion,

    seulement sans bâillon,

    et sans portillon.

     

    Au nom des barrières,

    ne parle plus d'hier,

    et pour rester fière,

    prends un coeur de pierre.

     

    Mais mon coeur à moi,

    mange des Tagadas,

    pour rester bien rouge,

    et même ultra-rouge !

     

    Et même s'il bouge,

    et parfois se noie,

    dans mes larmes d'émoi,

    c'est mon coeur à moi.

     

    Rose 3 10%.png

     

  • Et je ne sais, et je ne suis.

    Etre une mère,

    est une chimère,

    comme la mer,

    un jour elle vient,

    un jour elle va.

     

    Etre une mère,

    reste éphémère,

    intérimaire,

    ce va et vient,

    sans brouhaha.

     

    Etre maman,

    est un diamant,

    un flamboiement,

    qui me convient.

     

    Mais je ne sais,

    pourquoi ma tête,

    me parle d'essai,

    et puis s'entête.

     

    Et je ne sais,

    pourquoi mon coeur,

    comme un abcès,

    joue le crève-coeur.

     

    Et je ne sais,

    pourquoi mon coeur,

    à contrecoeur,

    joue le fausset.

     

    Et je ne sais,

    et je ne sais,

    et je ne suis,

     

    qu'être blessée,

    toute compressée,

    me confesser.

     

    Et je ne suis,

    et je ne sais,

    et je ne suis,

     

    qu'un pâle appui,

    une belle de nuit,

    en plus instruite.

     

    Mais toi bébé,

    mon petit fruit,

    désinhibée,

     

    tu fais du bruit,

    coupe le circuit,

    de cet enduit.

     

    Mais toi fillette,

    toute éblouie,

    et mi-inquiète,

     

    tu me vieillies,

    tu m'envahies,

    et me ravies.

     

    Rose 3 10%.png

     

  • Visage pâle

    Au clair de la lune

    Donne-moi ta peau

    Un joli manteau

    Pour le vibrato

     

    Au clair de Neptune

    Je change d'écailles

    Et sème la pagaille

    Dans ton coeur immun

     

    Au clair de l'obscur

    La nuit sans courbure

    La peau sans sueur

    Sans déshabilleur.

     

    Ma peau est velours

    Tout comme l'amour

    Besoin de chaleur

    Pour une belle pâleur

     

    Rose 3 10%.png

     

  • Mélimélo

    Ce chien s'appelle Fouillis,

    il adore les taillis,

    il gratte et il farfouille,

    c'est un chien recueilli.

     

    Le chien se nomme Fouillis,

    non, ce n'est pas le mien,

    c'est celui du voisin,

    il doit être autrichien,

    peut être une voisine,

    alors une autrichienne !

     

    Bref, comme je le pensais,

    ce chien s'appelle Fouillis,

    fougueux comme un chien-loup,

    vraiment rien du chienchien,

    pour un Maître vieilli...

     

    Ce chien est bien-pensant,

    il dit des bredouillis,

    plutôt des cafouillis !

    Il jappe avec son ventre,

    émet des gargouillis,

    de jolis gazouillis,

    mais il boit du Pouilly...

     

    Ce chien est le fouillis,

    et le joyeux fatras,

    de tous mes gribouillis,

    et, même sans chantilly,

    je l'aime à la folie,

    même pour ses bafouillis !

     

    Ah oui je me souviens,

    de quel coin vient ce chien,

    de Trifouilly-les-Oies,

    une ville aux abois ;)

     

    Rose 3 10%.png

     

  • Prêchi Prêcha

    Petit poisson d'eau douce,

    te voilà revenu,

    tu ris de ta peau douce,

    tes moustaches dansent entres elles,

    comme de belles sauterelles.

     

    Petit poisson d'eau trouble

    te voilà prévenu,

    la mer est récurrente,

    alors qu'elle t'épouvante,

    dis-le à ton cher double.

     

    Petit poisson, tu pousses,

    de ta nageoire, la  mousse,

    Ce n'est pas de la bière,

    seulement l'écume des jours ;)

     

    Petit poisson, tu bailles,

    tu ne parles qu'en braille,

    Ce n'est donc pas l'ivresse,

    qui te trouble sans cesse ?

     

    Petit poisson volant,

    tu chantes "Clairefontaine",

    tu agites tes ailes,

    et tu deviens vaillant,

    et tu restes non-violent,

    et puis aussi galant,

    parfois même nonchalant

    oui, c'est très important.

     

    Petit poisson, tu danses,

    tu te moques du chat,

    pour toi, la délivrance,

    plus de prêchi prêcha !

     

    Rose 3 10%.png